Journal de l’invisible – Brigitte Pietrzak

Un enseignement tout en subtilité

Voilà un livre majeur car il parle à l’âme sans voiles grâce à Brigitte Pietrzak. Ce livre est la transcription d’échanges « canalisés » qu’elle a eu avec ses guides. On y reconnaît le style de ce genre d’expérience. La référence qu’on peut en avoir est « les dialogues avec l’Ange » de Gitta Malash. Mais ces messages sont passés par le canal de Brigitte Pietrzak, donc sont teintés de sa nature chamanique. N’est pas « channel » ou « canal » qui veut. On peut capter, oui. On peut même transmettre des messages que l’on reçoit. Mais est-on certain de la pureté et de la puissance du canal ? En ce qui concerne l’autrice, il est évident que ce qui se dégage en priorité de sa personnalité est une pureté et une puissance non communes. De surcroit, elle est engagée vraiment dans cette voie de la transmission par le chamanisme

Donc ce livre est la transcription de sa communication avec ses guides. Elle livre les messages comme ils sont, pour elle et pour nous, tels des enseignements qui nous aident dans notre incarnation et le chemin de notre âme. A travers Brigitte, les guides s’adressent à chacun de nous pour peu que nous y prêtions l’oreille attentive du cœur. Ils nous indiquent notre place dans l’interface entre visible et invisible. Les guides nous proposent d’avancer sur le chemin de la découverte. Ils nous engagent à nous transformer en nous offrant la sagesse des plans subtils, pour nous éclairer et nous assurer de leur présence à nos côtés. 

Les thèmes abordés varient depuis l’amour, l’ancrage, la sagesse du quotidien, la joie indispensable au chemin et à la vie, les arbres, l’arc en ciel, etc.  

Brigitte Pietrzak, aux confins de l’invisible et du pouvoir

Lorsque vous rencontrez Brigitte Pietrzak vous ne pouvez deviner sa dimension chamanique sauf si vous avez déjà vu des chamans mongols. Car l’une comme les autres ont un ancrage à la terre, une expression de cette douceur brulante qui a vu l’invisible, qui a voyagé dans ces lieux où le service à la vie est la règle. La force et l’innocence rayonnent sur son visage en même temps qu’une gravité qui ne fait pas semblant. Son parcours est surprenant mais explique le futur d’une certaine manière. En effet, musicienne, artiste peintre, son enfance fut jalonnée de visions, de pertes de connaissance et par la suite de quête de guides spirituels ou initiatiques. Ses créations artistiques tissent déjà la toile de sa sensibilité aux mondes subtils. Peu à peu, elle découvre de nombreux maîtres de traditions différentes : indienne, chrétienne, bouddhiste et affirme sa conscience de la non-dualité du corps et de l’esprit. Son art sert de levier pour concrétiser ses intuitions. Jusqu’au jour où le chamanisme fait irruption dans sa vie, elle ressent l’appel par quelques rencontres qui progressivement la conduisent à Enkhtuya, une chamane mongole qui la révèle à elle-même et lui confirme son don et sa nature et lui ouvre les portes des cérémonies et rites mongols.  Brigitte Pietrzak a trouvé enfin le sens de son service » et sa vie change de direction. 

Elle explique : « Ce sont les esprits qui me guident dans ma pratique me soufflant les gestes spécifiques à faire selon les choses qui sont à réparer. Les gestes s’inventent selon les situations. Le chamane n’est qu’un intermédiaire. Son pouvoir n’est rien d’autre que celui de ses esprits alliés, rien ne lui appartient en propre. Ce ne sont pas les transes spectaculaires qui font la réussite du rituel mais la qualité de sa reliance avec l’invisible. »

Elle pratique alors le chamanisme en France et en Mongolie, où elle retourne chaque année pour parfaire son initiation et se relier à « la source que représente Enkhtuya, sa sœur spirituelle

Elle parle du tambour, son instrument qui la fait voyager : «Le tambour ouvre la voie de l’invisible. C’est la monture du chamane. Néanmoins il n’est pas indispensable pour accéder à cet inconnu, mais en cérémonie il décuple les sensations et amplifie la richesse du paysage et des rencontres. Un vrai chamane n’a pas besoin du tambour pour voir, il importe seulement qu’il soit connecté à la sincérité de son cœur pour que ses esprits alliés viennent à lui. »

Journal de l’invisible – Brigitte Pietrzak – 20€ WWW.MAMAEDITIONS.COM    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s