HAPPYTALISME, vers une société du bonheur ? Olivier Menéndez

Le bonheur, une mutation sociétale

Ce livre n’est pas le nième livre de développement personnel sur le bonheur. Non. Le titre du livre parle de lui-même, car il offre de passer du capitalisme, fondé sur le profit et l’argent à une civilisation fondée sur le bonheur collectif ! Fantasme ? Vision illusoire ? Ou au contraire intuition juste d’un courant embryonnaire mais appelé à être LA solution à la disparition programmée de notre culture. L’écologie responsable, l’éducation émancipatrice, épanouissement au travail… Et si tout cela était possible ? Mais comment ?

yoga

Depuis plusieurs décennies émerge une véritable alternative au système actuel, un nouveau projet de société humaniste et écologiste qui considère que le désir fondamental de l’être humain est de vivre heureux et non de s’enrichir. De ce fait, les institutions politiques, les acteurs économiques, la société dans son ensemble devraient se mettre au service du bonheur collectif et non du capital. Cette nouvelle tendance, que nous appelons « happytalisme », se manifeste concrètement à travers des démarches telles que la production agricole biologique, le commerce équitable, les énergies renouvelables, les banques éthiques, l’économie circulaire, les monnaies locales. Elle s’exprime dans des mouvements internationaux comme le slow, le localisme, la décroissance, la simplicité volontaire ou encore l’agriculture urbaine. Sur le plan individuel, le happytalisme est lié à l’essor du développement personnel, des ateliers du bien-être, des médecines douces, des pédagogies alternatives et de la culture feel good… Or cet ensemble d’initiatives, et bien d’autres, participent du même dessein : faire évoluer notre société sans la bouleverser radicalement, substituer à la notion de « produit intérieur brut » celle de « bonheur national brut »

Nous serions actuellement dans les prémisses d’une nouvelle ère d’un capitalisme qui change et se distancie de la consommation à tout prix. La pensée orthodoxe ethnocentriste fait de moins en moins recette et laisse la place à l’économie bouddhiste qui met en avant le besoin de reconstruire un réseau d’entreprises locales et de redonner des moyens à une économie à l’échelle humaine, plus modeste et moins impérialiste.

Ce nouveau modèle de société deviendra-t-il dominant ? Saura-t-il faire face à l’insatisfaction générée par nos systèmes économiques qui accentuent les inégalités et la concentration du pouvoir et sont incapables de répondre aux désirs de bonheur de la majorité ? Tel est le pari de ce courant qui nous apporte l’espoir de vivre enfin en harmonie.

breve45079-0

Le bonheur, de l’économie à la politique, entre morale et culture

Ce courant de bonheur s’affirmant clairement depuis plusieurs années, les agences de marketing, conscientes de l’évolution sociétale en cours et des nouvelles tendances, s’approprient les messages du mouvement de bonheur et repensent le storytelling des grands groupes dans des campagnes que l’auteur qualifie de « happywashing » comme il existe le « greenwashing » qui utilise abusivement le terme green ou happy pour se donner l’image d’une entreprise respectueuse d’environnement ou du bonheur de ses salariés. C’est juste une manipulation de communication qui hélas produit une crise de confiance tant le discours ne recouvre rien de réel. Tout cela est si inauthentique qu’il est navrant de voir la morale foulée à ce point aux pieds. Heureusement les consommateurs de plus en plus avertis ne se laissent plus avoir et leur comportement critique fait pencher la balance. Le futur meilleur, plus éthique, et plus responsable se construit et montre que le changement est réellement en cours. Mais avant de voir advenir une société fondée sur le bonheur, encore faut-il faire évoluer la notion même de bonheur qui doit exister en même temps que le chômage, la violence, la maladie, les crises économiques, etc. car il ne faut pas croire qu’il n’y a de bonheur que chez les bisounours ! Non. Le bonheur est un état de conscience !

Bien que le bonheur soit dû à une sorte « d’alchimie » personnelle, de façon plus pragmatique, plus les pays fonctionnent de manière démocratique, plus la population se déclare heureuse. Et même si actuellement l’opinion publique exprime le besoin de changer les démocraties, de les faire évoluer et de traverser la crise politique afin de faire émerger une nouvelle vision de la société plus juste et respectueuse, en filigrane l’urgence du bonheur s’impose. Happytalisme est en route.

Organic Wellness Logo Design Template Element

Olivier Menendez, l’artiste happy

Après des études d’économie qui lui ont permis d’aborder l’ensemble des problèmesoliviermenendez250
de fonctionnement de notre société, Olivier Menéndez choisit de se consacrer à sa passion d’artiste plasticien. Diplômé des Beaux-Arts, il expose aussi bien en France qu’à l’étranger et travaille en tant qu’éducateur pour donner aux jeunes le goût de l’art et de la culture. Il prépare actuellement un film documentaire sur le happytalisme

 

www.libre-solidaire.fr     16€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s