Michka, de la main gauche

Que dit la main gauche ? Journal.

Un jour la main gauche de Michka s’est mise à trembler quelques semaines après la mort de sa mère. Que se passe-t-il ? Rien dans sa santé physique ne le justifie. Elle écoute, cherche, se découvrant à chaque pas et nous raconte dans une sorte de journal intime ses prises de conscience, ses tentatives de « guérison » et ses actes de foi. Sa main lui parle, mais que lui dit-elle ? A travers son expérience et son récit partagé, nous cheminons dans nos propres interrogations sur nous-mêmes et les mystères de la vie. 

Nous voilà sur la piste d’une « gauchère contrariée » et comment Michka entreprend de reconquérir cette part d’elle-même. Les étapes du deuil maternel réactive le vécu de sa propre maternité et sa présence auprès de ses petits enfants. Au fil de l’activation de sa mémoires, les images arrivent parfois dans le désordre nous faisant perdre le fil de la temporalité. Des rencontres amoureuses aux échanges avec des penseurs avertis, du départ en bateau, à la découverte de l’ayahuasca, de la guidance entamée avec Seth, une entité qui fut un guide fidèle dont elle a beaucoup édité les paroles. Le chemin commencé avec un chaman qui lui fit faire un bout de route vers elle-même à travers cette main qui tremble, son départ et installation au Canada, en Colombie Britanique, dans sa forêt sauvage. 

Et le temps passant, la réalisation de son âge qui avance vers ce qu’on imagine comme la vieillesse à partir de certains jalons. La voilà qui pratique tout ce qui est à sa portée : Visualisation, remise en question, exercices et la conscience de plus en plus précise qu’elle doit guérir pour transmettre. Son chemin de guérison qu’elle raconte sera un enseignement pour autrui. Elle dit : « La guérison est un état d’esprit » et jour après jour elle livre ses réflexions avec tant de fraicheur, de dépouillement. Ce livre est un trésor qui m’a nourrie à chaque ligne et entre les lignes.

Un défi d’amour 

Michka est sans aucun doute une amoureuse. Elle aime avec la totalité de son être, avec sensualité et spiritualité. Chaque homme de sa vie est comme l’unique à chaque fois. Jusqu’au jour de la rencontre avec un homme qui a 25 ans de moins qu’elle. Qu’importe ils s’aiment intensément tous les deux. Elle relate son expérience page après page les moments contrastés de la relation. Mais certains épisodes viennent la dynamiser dans les périodes où elle menaçait de s’enliser

Ah l’âge ! La fameuse question de l’âge ! Tout va bien avec cet homme jusqu’au moment où il s’éprend d’une femme plus jeune. Michka exprime avec une rare authenticité, avec simplicité et sans pathos ce qui pourrait s’apparenter à de la souffrance même si avec force et dignité, fidèle à ses valeurs de liberté, elle garde la tête haute et une attitude « tolérante ». Mais intérieurement elle le sait cela ne va pas. Elle a perdu sa paix, elle est troublée. Ce n’est pas elle. Donc elle part au Canada, dans sa forêt, dans sa cabane, seule. Et là, au cœur de la solitude, elle retrouve son axe, elle est à nouveau « entière » et décide d’accepter la situation avec sérénité. Retour en France et la vie reprend avec lui qui va d’une de ses aimées à l’autre. S’ensuit à nouveau un journal intime, carnet de voyage d’une amoureuse qui aime le couple et qui continue à aimer l’homme malgré les écueils. Et nous, lecteurs, nous assistons à un chemin tellement authentique et simplement raconté, qu’on se prend à se demander s ‘il peut y avoir une autre alternative lorsqu’on tient à une vie vraie ?

Le cannabis comme fil conducteur

Tout au long de ce livre, le cannabis, ami fidèle, fait des signes. Depuis l’origine du chemin de Michka il a été là. C’était simple, toléré et légal dans les années 70 au Canada. 

Le cannabis est pour elle un délice qui enchante sa vie et ses sens. Elle le connaît, ne s’y perd pas et en a exploré les avantages positifs pour la santé. Elle a contribué à bon nombre de recherches médicales et parle de ses effets positifs, des catégories de plants, des manières de fumer au cours de ses livres, de conférences, colloques, articles. Elle fut attaqué lors d’un procès retentissant et très médiatisé dont elle est sortie victorieuse.  Un plant de cannabis porte son nom : la Michka.

Au delà des réflexions habituelles sur la marijuana et le cannabis, sur les bienfaits et les manières de les consommer, ce livre souligne la relation spirituelle, voire initiatique que Michka a avec son herbe, son amie, parfois son guide, et un domaine toujours à découvrir. Tout cela sans l’exaltation ni théâtralisation.

Michka, une grande dame ! Tout simplement.

Rencontrer Michka est une expérience en soi, le privilège de plonger dans ses yeux bleus limpides, et de goûter le fil d’une cohérence qui s’écrit au fil de la vie. Non ça, Michka n’avait pas de « plan de carrière », elle s’est inventée à chaque pas avec la clarté de ce qu’elle veut et de ce qu’elle ne veut pas, avec ses intuitions et sa souplesse d’adaptation. Ce livre est son 12e ou 13e livre édité, dont la plupart sur le cannabis et chez des éditeurs variés et prestigieux. Elle a créé Mama Editions il y a presque 20 ans avec Tigrane et se passionne pour des chemins d’initiations de vie, souvent féminins. 

Passionnée par « l’herbe », Cannabis, Marijuana, elle en a fait un guide de la vie mais au-delà, c’est une aventurière gourmande de découvertes. 

Elle parle de sa découverte :

« Au Canada ce n’est pas la même chose qu’en France. Le Canada a légalisé le cannabis depuis 2 ans ! Cela existait déjà lorsque j’y suis allée en 1970, c’était facile et pas du tout tabou. J’étais prof à l’époque et j’avais un couple d’amis qui m’ont l’ont fait découvrir. J’étais très réticente car j’avais peur de la drogue. Et je me suis rendue compte qu’il y avait un abime entre ce qu’on m’avait dit et ce que je découvrais. C’était ça le début de l’histoire. Alors, j’ai voulu écrire un livre pour faire savoir au monde que le monde se trompait sur la question. Je  croyais naïvement qu’il suffisait de dire la vérité pour que les gens l’entendent. J’ai vu que c’était plus compliqué. »

(Extrait de l’article sur ce blog « MICHKA, la grande dame du cannabis » le 22 septembre 2020)

Michka, de la main gauche. 24€ www.mamaeditions.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s