Pour une écologie du vivant. Regards croisés sur l’effondrement en cours Pierre Jouventin, Serge Latouche avec Thierry Paquot

Des auteurs au-delà des lanceurs d’alerte

J’ai lu ce livre comme une bouffée d’espoir dans une désespérance concernant la situation écologique en cours. Les deux auteurs sont particulièrement avertis. Pierre Jouventin et Serge Latouche sont des auteurs reconnus et des écologistes très actifs. Ce livre est issu d’un débat, où les échanges d’opinion fusent avec pertinence même s’ils sont parfois opposés. Mais ces deux protagonistes sont d’accord sur le constat dramatique de la destruction de l’environnement ainsi que sur les solutions pour y remédier.

Serge Latouche est l’un des principaux acteurs de la décroissance en France. Il préconise de travailler moins pour travailler mieuxIl prône un sevrage à notre toxicodépendance à la consommation, passant par une rupture radicale, un changement de civilisation. Economiste de formation, professeur émérite à la faculté de droit, économie et gestion de l’université de Paris-sud. Il a développé une théorie critique envers l’orthodoxie économique. Il évoque non pas une alternative triste et frustrante, mais un vrai projet alternatif, politique, sociétal et civilisationnel. Allons-y ! Développons cette philosophie et cette éthique basée sur le sens des limites et de la mesure ! Serge Latouche s’attache à « décoloniser » les imaginaires concernant Serge latouchel’économie. Auteur de nombreux livres : « Pour en finir avec l’économie. Décroissance et critique de la valeur » Libre & solidaire. « La planète des naufragés. La décroissance avant la croissance » Libre & Solidaire. « Vers une société d’abondance frugale. Contresens et controverses sur la décroissance » Fayard. « Comment ré-enchanter le monde. La décroissance et le sacré » Rivages. Au fil de toutes ses interventions, livres et conférences, Serge Latouche a à cœur de déconstruire une idéologie qui n’est qu’une hypothèque sur l’avenir. Il rappelle qu’à l’inverse le projet de la décroissance n’est pas un retour à l’âge de pierre ! En remettant en cause le productivisme et la philosophie de l’Homo œconomicus, il entend poser les conditions d’un changement profond de notre système de valeur.

Pierre Jouventin, docteur d’état en éco-éthologie, directeur de recherche au CNRS, directeur d’un laboratoire de terrain en écologie des animaux sauvages. Il est considéré comme le spécialiste incontestable en écologie comportementale des oiseaux et mammifères antarctiques.  En tant que membre du Conseil scientifique et du Comité d’éthique de l’Institut français pour la recherche et la technologie polaires (1990-2000), Secrétaire général de la Société française d’écologie (1990-1994), il fait Pierre Jouventinréférence dans l’étude comparée du comportement animal et humain. Son expérience est passionnante et en même temps pleine d’humour. Je lui laisse la parole dans son étude comparative de ce qu’il appelle « Trois prédateurs dans un salon » :Au terme de ce voyage effectué depuis notre salon, nous avons fait plus ample connaissance avec les trois prédateurs de notre monde : le chat, ce mini-fauve qui fait entrer la jungle dans notre intimité, avec néanmoins une immense délicatesse ; le chien, cet ado éternel proche de la perfection sociale de son ancêtre le loup, par sa capacité d’empathie, de partage, d’entraide et d’altruisme ; enfin le singe génial et original que nous sommes, qui a longtemps chassé en clans comme le loup, mais qui cherche à oublier ce passé honteux et à trouver ses limites…

Son étude de l’homme comparé aux animaux est à présent le fond de sa réflexion sur l’écologie évolutive du comportement des oiseaux et mammifères. Il a publié de nombreux livres et en particulier : « l’homme cet animal raté ». Libre& solidaire. « La face cachée de Darwin ». Libre & Solidaire. « Confession d’un primate ». Alpha.

Thierry Paquot, qui est l’animateur de cette conférence d’origine est philosophe et urbaniste, professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris. Auteur de « Utopies et utopistes » La découverte. « L’art de la sieste » Zulma Cadeillhan

Progrès, civilisations et écologie

Ce livre, donc, qui est la transcription d’une conversation à bâtons rompus entre ces deux « savants » et arbitrée, animée par Thierry Paquot, se lit aussi facilement que si nous étions face à ce trio, brillantissime, riche d’expériences et de sagesse écologique.

La notion d’écologie, si galvaudée de nos jours, est posée, redéfinie avec ses limites,

environment Earth Day In the hands of trees growing seedlings. Bokeh green Background Female hand holding tree on nature field grass Forest conservation concept

ses accroches politiques et son évolution concrète pour les années à venir. Les auteurs évoquent les civilisations antiques, les sociétés « primitives » et les communautés animales comme autant de modèles d’organisation, passionnantes à décoder pour en tirer quelques leçons et pistes de transformation. Ces regards croisés sur l’effondrement en cours résonnent comme une alerte, dénonçant l’ampleur des dégâts annoncés et l’étroitesse de la voie alternative. Ils nous encouragent à pensez l’après, c’est-à-dire à réagir sans attendre.

feuille verte

Repenser le monde

Les auteurs approfondissent cette vision de ce qui nous attend et dont la voie est de passer d’une société de croissance à une société soutenable d’abondance frugale. Et pour cela, il s’agit d’intégrer la décroissance qui est une transition. Le mot central de tout cela étant « résilience », comme un retour à un état initial positif après un choc. Ceci est possible à condition d’avoir en soutien un écosystème puissant. Serons-nous capables de nous réadapter en quelques dizaines d’années comme nous l’avons fait en plusieurs millions d’années ???? Ce qui a fait le « génie » de l’homme c’est la culture et le langage qui ne sont pas apparus sans raison et au-delà de la croyance de sa capacité à dominer la nature nous ramène à une donnée essentielle qui sera peut-être le levier de notre transition.  Repenser le monde, pour nos auteurs, c’est également repenser la démocratie et approfondir différents modèles politiques de par le monde en sortant des dichotomies trompeuses. Il s’agit d’éclairer les confusions où le sens des mots s’est modifié et de réexaminer les choix binaires qui structurent nos choix. Les marges dont nous disposons sont de lus en plus limitées, mais elles sont importantes pour notre survie.

Saurons-nous saisir cette chance pour transformer notre monde ? Cette lecture nous en donne des clés de réflexion et d’action.

Pour une écologie du vivant. Prix : 17€. Editions libre & solidaire

www.libre-solidaire.fr

IMG_2422 - copie

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s