Nathalie Bouchon-Poiroux, au fil d’une quête de vérité

Entre blondeur diaphane et force intérieure, Nathalie Bouchon-Poiroux est comme le second fil rouge de Cinq Mondes. Dans l’univers du Spa chacun la connaît sans vraiment la saisir. Co-fondatrice des Spa Cinq Mondes avec Jean-Louis Poiroux, créatrice des soins et des univers de soins, directrice de la formation, responsable de la qualité dans les Spas, elle anime son équipe telle une sage-femme pour donner corps aux concepts créés par son ex-mari. Professionnelle excellente qui vous inocule à coup sûr le virus Cinq Mondes en vous faisant rêver, en vous nourrissant de la valeur énergétique, authentique et émotionnelle du produit ou du rituel.  La solidité de sa technicité n’est plus à prouver. A côté de cela, femme en recherche personnelle permanente sur le sens de la vie, sur la justesse des engagements et sur les Voies de développement intérieures.

Mais qui est cette Nathalie Bouchon-Poiroux ?

J’ai eu envie d’explorer sa personnalité, ses étapes de construction personnelle, son jardin secret.

_mg_5443-2 - copie

Quelles ont été les étapes de maturation de ta vie, celles qui ont fait que tu es devenue toi-même ?

  • Tout d’abord, j’ai commencé des études de droit. Malgré mon choix, je n’arrivais pas à me construire. J’étais insatisfaite. Alors, je me suis vraiment posé la question : « Qu’est-ce qui me fait vibrer ? » Je m’étais construite une image de moi pour ne pas avoir peur de la vie. Après cette prise de conscience, je me suis posé la question : « Qu’est-ce qui me fait me sentir vivante ». Et, j’ai alors cessé mes études de droit pour me tourner vers l’Inde.
  • J’ai étudié l’hindi aux « Langues Orientales », et je suis partie vivre en Inde. Cela a été un voyage initiatique. Je suis partie loin de ma famille. Le fait d’être seule dans un autre univers m’a permis de contacter ma force de vie. J’avais 20 ans. Et cela m’a transformée.
  • Puis, j’ai construit un projet qui m’était cher : « Prendre soin des autres ». J’ai fait une formation de psychologue clinicienne. Chercher ce qui me permettait de me sentir vivante et bien dans la vie, m’a permis de me trouver. Cela a fait émerger plein de choses. En particulier, s’est produite la rencontre avec Jean-Louis qui m’a offert et ouvert un univers conceptuel, poétique qui était formidable et immense.
  • j’ai pu, alors, exprimer une passion qui était l’art du massage car dans mon apprentissage en Inde et avec la psy clinique, j’ai pu saisir comment le corps exprime la vie qui est bloquée. Cette notion je l’appréhendais naturellement et de façon intuitive avec mes mains.
  • Avec le temps, j’ai développé la création de soin, au début avec des guides, puis en me lançant seule, ceci avec beaucoup de joie.
  • Et enfin, je suis devenue mère ; avec mes enfants j’ai pu être cette femme instinctive, animale, avec un vrai rapport à la peau en particulier dans l’allaitement. Ce fut une étape très importante dans ma relation avec mes enfants mais également dans ma vie de femme.

 

Cela fait des jalons très logiques de maturation et d’avancement. Y-a-t-il d’autres éléments plus intimes qui t’ont permis de naître à toi-même ?

  • Ce qui m’a le plus fait grandir, c’est lorsque mon mari, Jean-Louis, a eu des difficultés de santé. J’ai re-questionné la manière dont je voyais la vie. J’étais beaucoup dans l’admiration de mon mari et moins dans ma force personnelle intérieure. J’avais très besoin de stimulation, d’encouragements et il jouait ce rôle là. Sauf que pendant quelques temps, ce n’était plus possible. Cette épreuve de vie m’a fait revenir à ce que j’étais vraiment tant au niveau de ma personnalité670 jlp+ nath que de mes motivations et mes moyens intérieurs réels. Elle m’a obligée à être plus en accord total avec ma vie. Je me suis donné beaucoup de liberté. Cela a augmenté ma force de vie. J’ai renoué avec ma recherche, cela m’a nourrie et j’ai continué à grandir et à trouver de la sérénité et de la force intérieure. J’ai aimé me retrouver dans une sorte de solitude que j’ai chérie car elle me permettait d’être en contact avec mon intimité me permettant d’avoir encore plus d’honnêteté par rapport à moi. C’était une très belle étape de force de vie pour moi. J’en suis ressortie avec plus d’amour de l’autre et un amour beaucoup plus vrai.

 

Comment est ta vie professionnelle actuellement ?

  • A ce jour, je construis avec Cinq Mondes des univers de soin qui passent par le img_0594corps avec des protocoles de massage mais également qui associe tout l’univers correspondant. Mon objectif est de proposer des expériences avec une vision à 360°, le soin et l’univers sont un vrai moment de recharge dans lequel le client trouve des clés sur lui-même afin d’avoir de l’énergie pour sa vie.
  • J’ai un autre désir qui est de m’occuper des personnes qui font ce métier. Je trouve que c’est un très beau métier qui n’est pas suffisamment reconnu et apprécié. Cela passe par la formation qu’il faut changer afin d’apporter de nouveaux outils. J’ai envie d’apporter à ces personnes des outils plus profonds.

As-tu un jardin secret ?

  • Mon jardin secret est actuellement en friche. C’est le développement personnel. J’ai beaucoup de plaisir à travailler avec des gens qui sont des défricheurs de l’âme. Cette conquête-là, j’aimerais qu’elle prenne plus de place dans ma vie.img_3741 J’aimerais un jour animer des ateliers pour renforcer la force de vie que nous avons tous en nous.

Comment te ressources-tu ?

  • L’idée principale est de ralentir. De m’extraire du flux quotidien intense, de trouver des pauses, de préserver des moments de retour à moi. Je pratique la méditation qui prend plusieurs formes.
  • J’aime beaucoup danser et en particulier « la danse des 5 rythmes » qui amène à être en transe dans la joie et le mouvement. Ce sont des moments qui me nourrissent.
  • Ce qui me fait beaucoup de bien également, c’est d’aller voir des expositions de peinture. Je n’ai pas de connaissances intellectuelles de la peinture, mais j’aime me retrouver devant des grands formats et je contemple. Le tableau me porte, me fait voyager et vibrer.
  • Il y a une autre chose que j’ai découvert il y a peu de temps, c’est courir ou marcher dans la nature. Ce sont des moments de grande simplicité et de connexion avec le mouvement de mon corps. Cela me rapproche de la nature. Il y a des moments où je vais marcher dans le désert et des moments où je vais marcher dans la montagne et je me dis que je suis nomade et à l’écoute de mon corps.
  • Et enfin il y a les moments que je passe avec mes enfants à jouer avec eux. J’aime être enfant avec mes enfants. Je retrouve cet espace enfantin en moi et avec eux.

img_0670 - copie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s