Les dérives sexuelles dans les Spas

Ce n’est pas le même métier !

Les comportements sexuels dans les Spas sont un sujet tabou. Ceux qui sont à l’extérieur n’y croient pas vraiment et sourient lorsqu’on leur en parle en ajoutant qu’on exagère. A l’intérieur des Spas c’est l’enfer car la gestion de cette problématique est très complexe. Je peux en témoigner car mon métier de Spa Consultante spécialisée dans le développement des Spas et la formation du personnel m’a amenée à accompagner une grande quantité de personnes en France et dans une trentaine de pays. J’ai vu sur le terrain des filles et des garçons brisés par les abus sexuels, non soutenus par leur hiérarchie et coincés par des contextes culturels. J’ai tenté de guérir les souffrances de ces personnes qui ont fait des études d’esthétique pensant avoir une vraie profession valorisante et qui se retrouvaient au rang de prostituées. C’est triste.

preparation for massage in orange lights and black stones

Tout cela a un sens et une explication logique. Il ne s’agit pas pour moi de critiquer mais de comprendre et de trouver de vraies solutions pour que l’univers du bien-être le soit également pour le personnel.

Mon objectif aujourd’hui est d’apporter des solutions pour les vrais Spas et non pour les centres de prostitution déguisés en Spas. J’habite à Paris et dans tous les quartiers, il y a de ces centres de massage dans lesquels de toute évidence on reçoit des prestations sexuelles. Je déplore non pas que la prostitution existe, mais que la confusion soit entretenue à cette occasion-la. Ce n’est juste pas le même métier.

Par ailleurs, il existe des salons de massage où les praticiennes massent nues sans qui il y ait vraiment de passage à l’acte. Cela entretient le trouble et l’ambiguïté. Les personnes qui font ce choix de prestations sont claires par rapport à ce qu’elles cherchent. Mais cela ne fait pas de bien aux métiers du Spa qui doit  se distinguer avec clarté et dignité de toutes ces extrapolations.

Mais si la confusion existe, c’est qu’il y a des raisons, y compris très positives.

De quoi s’agit-il précisément ?

Tout d’abord précisons qu’en soi-même le toucher est sensuel. Il est normal qu’en plus de détendre et de sécuriser, il ait un impact au niveau de la sensorialité. En tant qu’être humain nous sommes une unité et la peau renvoie à des sensations qui peuvent être érotiques même s’il n’y avait pas d’intention à l’origine. De surcroit chacun a son histoire intime et personnelle à ce sujet là et un massage peut réveiller des mémoires ou des résidus de blessures émotionnelles. (Viol, attouchements, expériences érotiques mal intégrées, fermetures intimes, frustrations, etc.). Et le massage peut faire resurgir ces mémoires. Qu’en faisons nous en tant que client ? Et qu’en savons-nous en tant que praticien lorsque cela surgit au cours d’un soin? En fait la vraie question est là. Nous ne sommes pas des psys et nous n’avons pas à traiter cela. Nous accompagnons avec la juste distance.

Calm girl getting treatment at wellness center

De quoi s’agit-il ? D’érection ou de désir affiché par les clientes. La grande difficulté est de discerner si nous avons affaire à quelqu’un qui est débordé par la situation ou bien si le client est manipulateur et dérive intentionnellement.

L’érection est un phénomène physiologique qui peut surgir sans aucune intention érotique. Rappelons nous que toutes les nuits et pour tout le monde y compris les femmes, au moment du sommeil paradoxal il y a érection du pénis et du clitoris. Nous sommes dans une phase de sommeil très profond soumis uniquement à l’inconscient. Et ceci existe toutes les nuits pour tout le monde !

Que le client ait une érection peut signifier qu’il est simplement profondément détendu.

En général, le client qui est « dépassé par la situation » est gêné. Il vérifie si la serviette le couvre bien, parfois il fait des excuses.

Il en est tout autrement avec le client qui essaie de toucher la praticienne, soit furtivement, soit précisément en l’attrapant par les hanches, les mains et plus. Il peut également se toucher lui-même en étant plus ou moins dans la masturbation. Et enfin, il y a le client qui demande le massage « complet », c’est à dire avec des prestations sexuelles précises.

Au-delà de tous ces attouchements, il y a également un comportementqui peut sembler plus anodin, mais qui a un impact énorme sur la praticienne : le client qui regarde fixement sans cacher ses pensées libidineuses. Dès que la praticienne rougit ou exprime sa gène, il a gagné. Et il y a des spécialistes de ce comportement. Cette situation est complexe, car on peut difficilement faire un reproche direct.

Tag with Relax

Contextes culturels

On ne peut apporter de remède sans analyser pour vraiment comprendre.

  • Dans certains pays, la confusion entre massage de relaxation et sexualité est culturelle. C’était dans les mœurs bien avant l’existence des Spas et il n’est pas rare que la praticienne propose elle-même en toute innocence un « happy end » en fin de soin.
  • Il y a des pays où les salaires de praticiennes de Spa sont aux alentours de 100€/mois. Parfois un peu plus et parfois moins. Dans les Spas d’hôtels de luxe, l’heure de soin est à plus de 100€. C’est-à-dire que le client dépense en une heure ce qu’elles gagnent en un mois. Il est très compliqué alors de résister au petit billet de 20€ ou de 20$ pour une « finition ». Pour traiter ce problème vous devez avoir de sacrés arguments, d’autant plus que ces personnes souvent entretiennent avec leur salaire toute la famille avec laquelle elles vivent.
  • Il y a des lieux où les praticiennes font de la prostitution délibérée en cachette de leur direction. Cela entretient la confusion et la permissivité auprès des clients.
  • Parfois il y a des abus de la part du personnel de l’hôtel (directeurs ou chefs de service). Pour les praticiennes qui ont souvent un complexe d’infériorité il est très difficile de dire non à quelqu’un qui a l’autorité dans le contexte professionnel.
  • Il faut réaliser ce qu’est cette profession socialement dans certaines cultures. Il y a des pays pauvres où on a le choix pour trouver du travail : on peut être femme de ménage, prostituée ou esthéticienne. D’où l’amalgame pour des clients qui surfent sur l’ambiguïté.
  • En France, aux USA ou dans les pays riches et évolués, les choses sont différentes car les praticiennes sont averties, elles ont envie d’évolution professionnelle, elles sont exigeantes sur la manière dont elles sont traitées, la dignité et le respect sont des valeurs qui comptent. Mais ces dérives arrivent aussi en France.

Tropfen aus goldenem Öl

Les solutions

  • La formation du personnel de Spa. Leur donner des clés très concrètes pour repérer de quoi il s’agit, renforcer leur étanchéité personnelle afin de ne pas être troublée ou se sentir salie et enfin avoir des réponses et des solutions.
  • Les limites absolues : Ne jamais dire oui, même pour une toute petite chose, même si c’est le plus beau des chanteurs ou le plus sympa des acteurs. C’est NON. Et ne croyez jamais qu’il ne le dira à personne, ni que c’est juste pour une fois. Vous avez dit oui, la porte est ouverte. Vous, vous savez que vous avez fait un accroc dans vos valeurs intérieures, votre client ne respectera jamais sa parole et vous serez prisonnière de cette toute petite exception.
  • Le soutien indéfectible de votre hiérarchie : en cabine une des solutions consiste à prévenir le client que s’il n’arrête pas, vous sortez, vous prévenez votre directrice et il devra quand même régler le soin. En général, cette limite fonctionne à tous les coups. Mais hélas, encore faut-il que la direction ait le courage de sanctionner un client habituel qui paie sa chambre 2000€/nuit et qui du coup ne reviendra plus à l’hôtel. Parfois cela se solde avec le retour de la praticienne en cabine qui doit gérer elle-même le problème.
  • L’humour et la clarté personnelle : la situation est compliquée pour la praticienne, car elle doit faire son travail en réalisant un excellent massage, tout en se respectant elle-même, tout en restant élégante avec le client et tout en étant lucide sur la vraie ambiguïté de la situation. La praticienne ne peut échapper à un travail sur elle-même (on ne touche pas les corps à longueur de journée, sans se poser la question de sa relation à la dimension érotique naturelle du toucher. Si le travail n’est pas fait, on est rattrapé tôt ou tard par la situation). Et avoir une série de vraies réponses toutes prêtes à donner au client avec humour, fermeté et détachement. 

 

Blumenwiese - Hintergrund Panorama - Sommerblumen

J’ai beaucoup travaillé sur ce sujet car je pense qu’il est fondamental à traiter dans les Spas. Longtemps cela a été une préoccupation car j’avais beaucoup de peine de voir toutes ces praticiennes qui s’engageaient avec passion dans ce beau métier et qui déchantaient, meurtries et dégoutées cherchant à changer de métier rapidement.

J’ai proposé des formations spécifiques. Cela m’a été refusé : Ce n’était pas l’urgence et les personnes qui n’étaient pas confrontées niaient le sujet.

J’ai proposé à plusieurs magazines professionnels d’écrire un article. Tout le monde m’a refusé prétextant que ce n’était pas aussi grave que je le disais et que ce n’était pas glamour. J’ai enfin trouvé une oreille attentive auprès du congrès des Nouvelles Esthétiques en 2013. J’ai fait une conférence. La salle était comble. A la fin de la conférence je ne pouvais partir tant il y a avait de personnes qui voulaient partager leur expérience et voulaient entendre qu’il existait des solutions. A la suite de cela et devant la demande il y eu une ouverture d’un blog sur ce sujet. Les témoignages ont afflué en masse. Un bel article a été publié dans les Nouvelles Esthétiques sur le sujet. Puis, plusieurs Spas m’ont demandé des formations de leur personnel sur le sujet car les RH ne s’en sortaient pas devant l’avalanche de plaintes.

J’ai aimé cette étape car j’avais le sentiment de travailler sur un sujet brulant dans les Spas et que peu de gens veulent regarder en face.

Mais, même si nous avons progressé en ce domaine, le problème n’est toujours pas réglé.

NA003007